Amicale des Foreurs et des Métiers du Pétrole

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

GAZ DE SCHISTE : HALTE A LA DÉSINFORMATION

Envoyer Imprimer PDF

Communiqué de Presse
LETTRE OUVERTE A TOUS LES DÉTRACTEURS DES HYDROCARBURES

Bordes (64) le 18 février 2011 - L’Amicale des Foreurs et des Métiers du Pétrole, entité libre, indépendante, apolitique et asyndicale, créée en 1986, a pour vocation principale la défense de  la profession et de tous ses acteurs.

Ce n’est pas une tâche facile, car dans nos démarches et actions  nous  nous heurtons à des administrations inertes et de plus nous sommes face à des médias orientés  qui cèdent  plus  au sensationnalisme qu’à la recherche de la vérité, de l’objectivité  et de  la transparence.

Aujourd’hui, il est grand temps de dire  « STOP » à la diabolisation de l’exploration et de l’exploitation pétrolière en France. 
Cette industrie date de plus d’un siècle, plusieurs dizaines  de millions de puits  ont été forés dans le monde  et   plus de 6000  en France.
Elle nous apporte, sous forme de pétrole et de gaz, une énergie miracle  qui  a révolutionné nos modes de vie et nous a amené un confort matériel  inégalé.

Or, depuis quelque temps et sur un mode crescendo, dans les médias, radio, télévision, presse quotidienne et périodique , une virulente polémique est engagée sur  les forages pétroliers  en général et plus particulièrement  sur le gaz et l’huile de schiste (shale gas et shale oil en anglais) en mettant en cause  les permis accordés en France pour la recherche de gaz et d'huile non conventionnels.

Cette polémique fait boule de neige,  elle rebondit partout  et s'amplifie journellement.
Des politiques, des responsables de collectivité territoriale, des journalistes, qui n'ont en commun que leur totale ignorance des techniques du forage pétrolier, font du « sensationnalisme »  en  racontant tout et n'importe quoi sur ce sujet qui commence à faire la une des médias.

En voici un exemple  frappant :

D’après  l’hebdomadaire LE POINT  du 10 Février, José BOVE et Eva JOLY sont tous deux descendus casqués  dans une grotte du Languedoc  pour  faire de la spéléologie anti hydrocarbures,  et,  dans leurs pérégrinations  burlesques  souterraines,   ils y ont découvert que l’eau était polluée par du  gaz de schiste ! Comment l’ont-ils trouvé ? Ces gaz de schistes étant très majoritairement composés de méthane, gaz très peu soluble dans l’eau, incolore et inodore et particulièrement dangereux car fortement explosif, ils ont pris de réels risques en descendant dans cette grotte ! De plus, comme chacun sait, le méthane est le seul hydrocarbure classique qui peut être obtenu grâce à un processus biologique naturel : il se dégage naturellement des zones humides et se forme aussi dans l'estomac des mammifères. Pourquoi alors s’en prendre aux pétroliers plutôt qu’aux agriculteurs ?
C’est burlesque, ridicule, navrant  et très grave à la fois : mensonge et  désinformation  pour troubler l’opinion !  En effet il n’y a encore  jamais eu de forage de gaz de schiste dans cette région.

Récemment encore, à l'Assemblée Nationale lors des questions au gouvernement, deux députés sont intervenus de manière très virulente pour dénoncer la recherche de gaz non conventionnel  et l'octroi de permis en France à cet effet en mettant en cause le système de fracturation et l’emploi de produits chimiques dans tous les forages.
Ils ont demandé un  moratoire, moratoire que la Ministre de l’Ecologie vient d’ailleurs de décider.

La technique de fracturation hydraulique n’est pas nouvelle. Il y a plus de 50 ans qu’elle est mise en œuvre  d’une manière parfaitement maitrisée dans les puits pétroliers. Et cela partout dans le monde.
N’est pas nouveau non plus l’utilisation de produits chimiques  puisque ceux-ci entrent dans la fabrication des boues qui sont utilisées dans tous les forages, qu’ils soient pétroliers ou d’eau. Il y a des lustres que cela est parfaitement maitrisé et encadré pour protéger les personnes, les aquifères et autres niveaux géologiques et l’environnement.

Cette polémique est dévastatrice pour  toute  la profession  pétrolière et parapétrolière.
L’arrêt de ces recherches aurait des conséquences catastrophiques pour notre indépendance énergétique, pour notre balance commerciale déjà largement déficitaire, mais aussi pour l’emploi, car de tels développements généreraient de nombreux emplois.
Dans l’immédiat elle met en difficulté des sociétés et des entreprises qui ont programmé des travaux dès cette année pour évaluer le potentiel en «shale gas » et « shale oil » des zones  sur lesquelles des permis leur ont été attribués.

Exploité depuis plus de dix ans  le gaz de schiste est devenu la seconde source énergétique des États-Unis.
La principale technique d'exploitation se fait par forage horizontal avec fracturation hydraulique  par injection d'eau  sous forte pression avec  du sable fin  et certains produits chimiques.
Si aux États-Unis il y a eu certains problèmes de pollution, c’est parce que le contexte  est tout a fait différent du notre. En effet l'État Américain  n'est pas propriétaire du sous-sol, contrairement à ce qui se passe en France et en Europe. Le suivi de l'exploration-production est donc bien différent de ce qu’il est chez nous. Et s’il y a eu  des problèmes  de contamination et de pollution c’est essentiellement parce que  les législations dans ce domaine sont laxistes et n’ont rien à voir avec celles beaucoup plus élaborées et contraignantes que nous avons en France.

Les demandes de permis chez nous  exigent une procédure très longue et complexe, mais rassurante, et les études d'impact sont obligatoires.
Et pourtant les médias et certains de nos politiques feignent d’ignorer  cela  et condamnent  unilatéralement  les forages pétroliers en  traumatisant une population toujours sensible  aux annonces de catastrophes,  alors qu'il serait indispensable de la  rassurer  en donnant les informations essentielles sur le sérieux de la constitution d’un dossier de demande de permis de recherche, puis ensuite sur la longue période d’examen de ce dossier avant la procédure d'octroi du permis, et enfin sur la procédure d’octroi d’une concession d’exploitation qui fait l’objet d’une enquête publique, d’une consultation des services administratifs locaux, de l’avis du Conseil Général des Mines et du Conseil d’État. C'est le plus souvent un vrai parcours du combattant qui peut s’étaler sur plusieurs années.

Pourquoi dès lors  tout ce tintamarre pour stopper ces  recherches ?  La société canadienne EnCana  qui recherchait du « shale gas » a fait  deux puits d'investigation  en 2008  sur le permis de FOIX en France, et  rien  d'anormal ne s'est passé.

Il est vrai que dans le Sud-Ouest les forages pétroliers font partie du paysage, avec les quelques 6.000 puits forés, l’aventure  du  champ de gaz de Lacq où des problèmes techniques et de sécurité sérieux ont été résolus grâce aux compétences techniques d'avant garde  des  SNPA, SNEAP  et  TOTAL. L’exploitation  depuis 1957  de ce gisement de gaz à haute pression  et forte teneur en H²S est bien la preuve  qu’une prise en compte responsable des risques  est réalisable en France pour des projets ambitieux.
A l’époque tout était à inventer  pour l’exploitation de ce gaz, et des défis technologiques invraisemblables ont été relevés. L’impact de ce projet réussi  a été considérable pour notre région du sud-ouest  et pour toute l’industrie pétrolière française et mondiale.

Heureusement que nos écolos défaitistes et idéologiquement conditionnés de ce XXIème  siècle n’étaient pas là dans les années cinquante, car ils auraient  lamentablement anéanti  l’épopée de  cette fabuleuse découverte de Lacq et  brisé l’élan   d’une industrie pétrolière naissante qui a eu, à partir de là, un extraordinaire développement et rayonnement international.

Aujourd’hui, comme dans d'autres domaines,  les techniques  pétrolières se diversifient, évoluent et s'améliorent sans cesse. Il faut faire confiance à la science, aux hommes, au savoir-faire des entreprises, à  leurs bureaux d’étude  et savoir adapter la règlementation aux nouveaux défis qui se présentent.
Sinon, nous n’avancerons jamais et nous resterons à la traîne des autres pays. En Europe des pays se sont déjà lancés dans de tels projets : l’Allemagne, l’Autriche, la Hongrie, la Pologne, le Royaume-Uni, la Suède.

Avec  les responsables politico-administratifs que nous avons, affolés à l’idée d’explorer de nouveaux  horizons et solidement accrochés au « principe de précaution », le chemin de fer n’aurait sûrement jamais vu le jour, et le gaz de Lacq serait toujours enfoui dans les profondeurs !
Que cherchent donc ces femmes  et hommes politiques ? Sont-ils à la pêche aux voix ? Etrange posture politique que celle d’agiter des peurs ! Pour certains, l’immigration, pour d’autres maintenant les gaz de schiste : il s’agit exactement du même trouble comportemental politique. Mesdames et Messieurs les politiciens, cessez de nous faire peur ! Les français sont inquiets, pas étonnant ! Ils attendent de la classe politique des raisons d’espérer, non des motifs d’inquiétude.

Notre association a dans ses statuts, entre autres buts, celui de défendre  la profession et  ses acteurs. Nous devons donc réagir à ces tentatives acharnées et infondées de jeter l’anathème sur notre métier  pour éviter  que cette profession et cette industrie soit sinistrée en France.

En effet, nous sommes fiers de cette industrie, nous voulons la défendre et lui assurer un avenir dans notre pays. Les membres de notre Amicale ont tous participé, ou participent encore, à l’extraordinaire aventure de l’exploration pétrolière, ils ont porté haut les couleurs de la France sous toutes les latitudes, grâce à des compétences et un savoir-faire internationalement reconnus. Ce ne sont pas des kamikazes ni des apprentis sorciers, ils ont appris la modestie et la prudence face aux éléments et aux aléas du travail dans les profondeurs de la terre : ils méritent bien mieux que le mépris dont ils se sentent actuellement l’objet.

Jacques Sallibartant                                                                         Jean-Claude Rémondet
Président                                                                                          Vice-président

Copyright © 2018 Amicale des Foreurs et des Métiers du Pétrole. Tous droits réservés.
Design / Réalisation : scom communication avec JoomlArt.
Joomla!
Vous êtes ici : Accueil Actualités GAZ DE SCHISTE : HALTE A LA DÉSINFORMATION