Amicale des Foreurs et des Métiers du Pétrole

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Communiqué de presse - GAZ DE SCHISTE : LA ROUE TOURNE

Envoyer Imprimer PDF

Bordes le 17 novembre 2012 - Depuis quelques jours, de tous bords, des voix s’élèvent pour questionner la position de la France sur « le gaz de schiste » et dénoncer l’absurdité et l’irréalisme des choix qui ont été faits.

C’est, timidement, Louis Gallois  qui suggère de «mener les recherches sur les techniques d'exploitation des gaz de schiste »

C’est au contraire ouvertement que Michel Rocard « voit dans le gaz de schiste une chance dont la France ne devrait pas se priver... »

C’est François Fillion qui ne parle plus du « gaz de shit », qui oublie la loi  2011-835 dont il fut le signataire, mais affirme maintenant qu’il « est criminel de se passer au moins des recherches sur le gaz de schiste. Ça dénote une tournure d'esprit moyenâgeuse »

Ce sont aussi et surtout les médias qui, après avoir repris les yeux fermés les propos, non fondés techniquement  et destinés à répandre la peur, des José Bové, Eva Joly, Corinne Lepage, Michèle  Rivasi, etc., réalisent qu’ils n’ont peut-être pas bien exercé leur devoir de vérification des informations dont les professionnels de l’agit-prop ci-dessus les abreuvaient.

Alors évidemment dans le camp des opposants au « gaz de schiste » on s’affole :

C’est Corinne Lepage qui s’insurge dans Le Monde : « Gaz de schiste, assez de lobbyisme ! », avec une certaine agressivité puisqu’elle parle des «tombereaux d'injures que déverse le géochimiste Claude Allègre » !

C’est Cécile Duflot qui sort des ses attributions ministérielles pour dire halte à « une offensive, quasiment de propagande autour du gaz de schiste ».

L’une comme l’autre étant expertes en matière de lobbyisme et de propagande, il est cocasse de les voir s’étonner que d’autres en fassent aussi usage !

Pendant deux ans l’Amicale des Foreurs et des Métiers du Pétrole (AFMP) a semblé prêcher dans le désert pour défendre le gaz et les huiles de schiste.

Elle a été très peu entendue des médias qui  préféraient s’adresser à des « personnalités » totalement ignorantes des techniques de l’exploration pétrolière plutôt qu’à des techniciens compétents.

Elle a fait l’objet d’accusations de toutes sortes, d’injures et de menaces violentes de la part de membres des collectifs anti gaz de schiste !

Ne parlons pas des accusations de mensonge de Madame Lepage, ni du sobriquet de « coquins » dont Monsieur Bové nous a affublé.

Nous pourrions donc  à juste titre nous réjouir de voir que les multiples communiqués et lettres que nous avons adressés à la presse et aux élus portent maintenant leurs fruits.

Nous pourrions aussi nous réjouir de constater que des voix s’élèvent pour dénoncer les méfaits du principe de précaution brandi à tout-va, pour dénoncer la société de la peur dont certains font commerce, pour dénoncer la technophobie qui nous conduit inexorablement au déclin, pour s’interroger  sur cette étrange habitude française d’avoir raison contre le reste du monde.

Mais nous ne crierons pas victoire car nous n’avons dans ce combat que l’honneur de notre profession à défendre en clamant haut et fort la vérité face aux contre vérités assénées par ceux à qui le film Gasland sert de référence.

Nous ne crierons pas victoire car nous n’avons aucun intérêt particulier à défendre : nous ne sommes ni en quête de causes à plaider, ni à la recherche de voix et ce combat ne nous rapportera pas le moindre euro.

Nous ne crierons pas victoire car nous savons que le chemin est encore long avant de voir des appareils de forage au travail et donc des emplois ouverts à tous ces jeunes qui nous demandent comment faire pour intégrer les beaux métiers de la recherche pétrolière.

Nous ne crierons pas victoire car nous sommes tristes pour notre pays de voir les instances gouvernementales s’arcbouter  sur des positions aberrantes et se compromettre avec des gens qui instrumentalisent l’écologie à des fins partisanes et la dévoient de ses nobles objectifs.

Nous ne crierons pas victoire, car, sentant le vent du boulet,  les multiples collectifs « anti gaz de schiste » brandissent déjà la menace de la «mobilisation» et l’on sait ce que cela veut dire quand on connait les modes d’ « actions » de ceux qui les cornaquent.

Nous ne crierons pas victoire, mais nous continuerons à défendre fièrement un métier et une cause dont la justesse semble maintenant être reconnue.

Jacques Sallibartant                                                             Jean-Claude Rémondet
Président                                                                               Vice-président

Copyright © 2018 Amicale des Foreurs et des Métiers du Pétrole. Tous droits réservés.
Design / Réalisation : scom communication avec JoomlArt.
Joomla!
Vous êtes ici : Accueil Actualités Communiqué de presse - GAZ DE SCHISTE : LA ROUE TOURNE