Amicale des Foreurs et des Métiers du Pétrole

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Réactions à l'émission "La malédiction du gaz de schiste" sur Arte le 29 janvier

Envoyer Imprimer PDF

Bordes le 30 janvier 2013 - Arte diffusait hier une émission sur le gaz de schiste qui a suscité la colère de nos adhérents.

Le "coup de gueule" ci-dessous de notre adhérent Franck HANOT, spécialiste reconnu en géologie et géophysique et par ailleurs chef d'entreprise dans le domaine du traitement et de l’interprétation de données sismiques, résume bien cette colère face à une entreprise honteuse de désinformation dont cette chaîne publique s'est rendue complice. C'est toute une profession qui est durablement touchée par une telle manipulation : c'est grave, très grave !

Il est conforté par le témoignage de Philippe LABAT, lui aussi entrepreneur et membre de l'Amicale.

Courrier de Franck HANOT


J’expliquais hier soir, une demie heure avant cette émission , au journal de 20 heures sur Antenne 2 , l’intérêt pétrolier et gazier de la Lorraine .

En changeant de chaine et en passant à Arte, dont j’apprécie en général  les programmes, j’ai assisté à un spectacle affligeant.

Ce reportage outrageusement hostile au gaz de schiste, mais je pense plus largement hostile à toute forme de progrès, de croissance, d’industrie, d’entreprise privée, est truffé de mensonges.

J’exerce depuis plus de trente ans dans le domaine de la sismique réflexion dont l’outil privilégié est le camion vibrateur. J’ai personnellement supervisé pendant des années des milliers de kilomètres d’acquisition sismique en France et n’ai jamais entendu parlé de ce type de  dégâts liés à la vibrosismique.

Je tiens à rappeler que cette méthode a même été utilisée dans Paris à proximité de l’Étoile et de l’Élysée…..

·        Quand  je vois un paysan polonais nous montrer un échantillon d’eau polluée, nous parler de maisons fissurées en incriminant la vibrosismique , je ne peux parler que de manipulation…

·        Quand j’entends parler de silicose due aux sables siliceux, je crie au scandale quand je pense aux promeneurs des Forêts de Fontainebleau et d’Ermenonville qui s’étendent sur des affleurements de sables composés de silice pure. Je pense également aux baigneurs des plages des Landes….

Ces deux points portent le discrédit sur l’ensemble du reportage.

Quand au plus haut niveau de l’État demandera-t-on l’avis des experts ?

Ces pseudo écologistes continuent de propager ce climat de peur sans qu’aucun professionnel ne puisse apporter une  réponse audible. Nous sommes muselés. Nous assistons à un véritable putsch.

La France est maintenant chauffée à blanc sur ce sujet, rendant toute activité exploratoire difficile voire impossible.

J’accuse les promoteurs de ces émissions qui s’apparentent à l’imposture  de trouble à l’ordre public. Je pense qu’il est temps de demander des comptes car le préjudice pour nos entreprises qui payent des impôts et financent l’État est déjà grand.

Je ne reconnais pas mon pays. Il est temps que les choses bougent. Faute de quoi….

J’ai l’intention de diffuser ce message au plus niveau.

Courrier de Philippe LABAT

J'ai également regardé le reportage et le débat sur Arte hier.

Vous avez peut-être aperçu, sur le bidon d'eau brandi par le camionneur, le mot "DIMOCK". Ce mot désigne une ville de Pennsylvanie, du comté de Susquehanna. Or, il se trouve que l'EPA, l'agence américaine de protection de l'environnement, a fait une campagne approfondie de prélèvements et d'analyses des eaux de particuliers de cette région (les eaux des puits individuels et non d'un réseau de distribution).

Cet organisme a rendu ses conclusions, que l'on trouvera au lien :
http://yosemite.epa.gov/opa/admpress.nsf/0/1A6E49D193E1007585257A46005B61AD
Les résultats d'analyse ont aussi été mis en ligne. Ils représentent un pavé de 725 pages : http://www.epaosc.org/sites/7555/files/Dimock%20W1,2,3,4,5%20Compulation%20Report%202.pdf

A part le sodium, et son petit frère le lithium, pouvant être présents à des teneurs plutôt élevées, on ne trouve pas grand-chose, sinon, parfois de l’arsenic, du chrome, du manganèse. L’arsenic est certes un excellent inhibiteur de corrosion, mais l’industrie pétrolière l’a banni depuis des décennies, lui préférant des inhibiteurs issus de la chimie organique. On rencontre parfois du méthane, mais celui-ci se forme naturellement lors de la dégradation anaérobie de la matière organique. Enfin, on trouve des coliformes fécaux, dont j’espère qu’on ne fera pas grief aux pétroliers.

Un citoyen impartial serait donc en droit de se demander où est la vérité. Faut-il accepter que l'EPA (les DDASS chez nous) ait triché pour faire plaisir aux pétroliers ? Faut-il croire que la justice américaine ne fait pas son boulot, qui consiste à rendre justice aux citoyens victimes d'un préjudice avéré, mais aussi aux défendeurs lorsque ce préjudice n'est pas de leur fait ?

Sinon, je partage l'avis de Franck HANOT sur la relation entre le passage des camions-vibrateurs et la modification subite de la qualité des eaux des villageois polonais. Ça sent la manipulation. Pourquoi n'a-t-on pas interrogé la DDASS locale/l'EPA locale ? On ne peut pas imaginer que les autorités sanitaires polonaises n'aient pas enquêté sur cette affaire. Ou alors la Pologne n'a rien à faire dans l'Europe.

Copyright © 2018 Amicale des Foreurs et des Métiers du Pétrole. Tous droits réservés.
Design / Réalisation : scom communication avec JoomlArt.
Joomla!
Vous êtes ici : Accueil Actualités Réactions à l'émission "La malédiction du gaz de schiste" sur Arte le 29 janvier