Amicale des Foreurs et des Métiers du Pétrole

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Pourquoi les Anglo-Saxons tardent à exploiter leur deux permis d’exploration en Béarn

Envoyer Imprimer PDF

Lettre ouverte à Pyrénées Presse éditeur des journaux La République et l'Éclair des Pyrénées :

Dans vos éditions du 7 mars, votre rédacteur Eric Normand s’étonne : « Gaz : les Anglo-Saxons tardent à exploiter leur deux permis d’exploration en Béarn »  et s’interroge sur les raisons d’un retard qui semble être mis sur le compte des deux compagnies Europa Oil et Gallic Energy.

En  réalité c’est l’État français qui est entièrement responsable de ces retards.

Depuis plus de deux ans, en effet, aucun permis d’exploration n’a été accordé en France (il y a plus de 80 demandes en instance).

Quasiment aucun renouvellement de permis n’a été accordé.

Plusieurs permis attribués ont été annulés.

On se souvient de l’épisode du permis de Guyane Maritime, en juin 2012, pour lequel  Madame Nicole BRICQ, alors Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, souhaitait un moratoire, alors que le bateau de forage était en route pour forer un second puits : cela lui a coûté son poste !

Celle qui lui a succédé, Madame Delphine BATHO, est, elle aussi, totalement opposée aux hydrocarbures, inféodée qu’elle est au lobby écologiste : elle n’a qu’une idée en tête, «DÉCARBONER ».

De plus, elle soupçonne tous les opérateurs de vouloir chercher du « gaz de schiste » sous couvert de recherche d’hydrocarbures dits « conventionnels ».

C’est donc un climat de suspicion totale qui s’est instauré entre le Ministère et les compagnies pétrolières. L’annulation des trois permis de Montélimar, Nant et Villeneuve-de-Berg, à l’automne 2011, a été extrêmement mal perçue par les investisseurs anglo-saxons : ils mettent en doute la stabilité juridique de la République française, qui pouvait légitimement être considérée comme un État de droit, jusqu’à ce que cette annulation les persuade du contraire.

L’attentisme qui prévaut depuis octobre 2010, date depuis laquelle aucun nouveau permis d’exploration n’a été attribué, et quasiment aucun renouvellement de permis n’a été prononcé, rend les investisseurs infiniment frileux.

A l’heure où les prévisionnistes de l’OCDE envisagent un doublement du prix du pétrole d’ici 2020, nos dirigeants ne rêvent que d’un monde sans pétrole et sans gaz, sans vouloir admettre que, si cette échéance est inéluctable, il faudra encore vivre plusieurs décennies avec le pétrole et le gaz (que nous devrons importer).

Aujourd’hui, en matière énergétique, c’est le dogmatisme qui conduit la politique, alors que c’est de pragmatisme dont notre pays a besoin : une fois de plus, en ce domaine, les anglo-saxons et  les allemands nous donnent la leçon, puisqu’ils ont tous donné le feu vert aux recherches de « gaz de schiste » avec utilisation de la fracturation hydraulique.

Jacques Sallibartant                                                                         Jean-Claude Rémondet

Président                                                                                          Vice-président

Copyright © 2018 Amicale des Foreurs et des Métiers du Pétrole. Tous droits réservés.
Design / Réalisation : scom communication avec JoomlArt.
Joomla!
Vous êtes ici : Accueil Actualités Pourquoi les Anglo-Saxons tardent à exploiter leur deux permis d’exploration en Béarn