Amicale des Foreurs et des Métiers du Pétrole

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

LA JUSTICE A DÉCIDÉ : PAS DE FORAGE PÉTROLIER CHEZ NOUS !

Envoyer Imprimer PDF

Bordes (64) le 31 mars 2014 - Un  surprenant coup de tonnerre provoqué  par le Tribunal Administratif  de Melun (TA 77) vient  de  foudroyer dangereusement  l’industrie  de la recherche pétrolière en France, déjà  exsangue et malmenée depuis près de trois ans.

La décision notifiée le 12 mars dernier annule l’autorisation de forage accordée par arrêté préfectoral du 10 août 2012 à la société ZAZA Energy qui ultérieurement a  transféré ses droits à la société HESS Oil.
Le forage de « Berceau 1 » projeté par HESS est donc interdit.

Or ce forage, qui avait pour objectif non dissimulé de reconnaître des horizons susceptibles de contenir des hydrocarbures conventionnels ou non, ne comportait aucun recours à la fracturation hydraulique, technique interdite depuis juillet 2011.

Les attendus techniques de la décision du TA 77 font état du fait que rechercher des hydrocarbures non-conventionnels, c’est un jour vouloir les exploiter, donc utiliser alors la fracturation hydraulique, seule technique connue à ce jour pour ce faire.

Les choses sont claires, le TA 77 s’est approprié les arguments des écologistes en affirmant que le détenteur du permis de recherche se mettrait à terme en infraction avec la loi ; le citoyen lambda comprend : vous êtes un délinquant en puissance, alors nous vous arrêtons ! Inquiétant ! Mais le citoyen lambda se pose probablement trop de questions, alors qu’il devrait faire une confiance aveugle en la justice de son pays !

Si la société Hess Oil souhaite reconnaître le potentiel du Bassin Parisien en hydrocarbures non conventionnels, c’est parce qu’elle sait pertinemment qu’à plus ou moins brève échéance le gouvernement français reviendra sur l’interdiction de la fracturation hydraulique et ouvrira la voie à la recherche des huiles et gaz de schiste. Mais elle respectera toujours la loi.

Le TA 77 a donc pris une décision plus politique que juridique.
Ceci est grave, car si la position des écologistes est respectable, elle n’est en rien partagée par la majorité des français qui voit dans l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels une voie parmi d’autres pour sortir le pays du marasme dans lequel il s’enfonce.

Cette  majorité de français rejette aussi les mensonges proférés par les écologistes qui nous parlent d’une « transition énergétique » qui est techniquement irréaliste et économiquement pénalisante pour les particuliers et les entreprises. Cette transition énergétique qui entraine inéluctablement un accroissement du prix de l’électricité est un coup porté à toutes les victimes de la précarité énergétique dont le nombre  ne fera qu’augmenter : c’est une politique anti-sociale ! Elle favorise les riches particuliers et les grands groupes du CAC40, seuls capables d’investir dans de lourdes installations, qui vendent à prix d’or des Kwh dont EDF ne sait parfois que faire, mais que tout le monde paie via la CSPE (officiellement Contribution au Service Public de l’Electricité , en réalité Contribution pour Satisfaire le Parti Ecologiste).

Le TA 77  n’est, espérons le, pas représentatif de toute la justice de notre pays, mais sa décision risque de faire jurisprudence et de mettre fin à tous les travaux de recherche sur notre territoire.
Monsieur Poutine et GAZPROM ont de quoi se réjouir de cette décision !

A quoi bon parler de redressement productif, de ré-industrialisation si quelques bobos peuvent  compter sur une justice complaisante pour porter à son paroxysme le principe de précaution ?

Répétons-le, la recherche et l’exploitation pétrolières peuvent créer des emplois et apporter une manne financière sans que l’État ait un euro à y investir.

Tout le reste n’est qu’élucubration : les pourfendeurs du « gaz de schiste » sont en réalité en lutte contre le progrès que nos sociétés occidentales ont forgé depuis des siècles et qui a bénéficié au monde entier. Ils sont aussi angoissés face aux évolutions technologiques que l’étaient certains hommes politiques  du début du XIXème siècle à l’arrivée du chemin de fer – ce chemin de fer pourtant considéré aujourd’hui comme un moyen de transport écologique ! Baudelaire en son temps parlait des « élucubrations des entrepreneurs de bonheur public » : ces derniers sont toujours à l’oeuvre !

Il est affolant de constater que nos hommes politiques de tous bords se laissent berner par des idéologues et engagent le pays dans des voies sans issue, suivant en cela un pays (l’Allemagne) qui commence à prendre conscience des conséquences dramatiques  de ses choix, et se pliant bêtement aux exigences d’une Commission Européenne noyautée par le lobby écologiste.

Notre pays malade a besoin  de  médecins  au bon sens pragmatique.

Mais  en existe-t-il chez nos gouvernants et politiques actuels ?

Jacques Sallibartant                                                             Jean-Claude Rémondet

Président                                                                               Vice-président

Copyright © 2018 Amicale des Foreurs et des Métiers du Pétrole. Tous droits réservés.
Design / Réalisation : scom communication avec JoomlArt.
Joomla!
Vous êtes ici : Accueil Actualités LA JUSTICE A DÉCIDÉ : PAS DE FORAGE PÉTROLIER CHEZ NOUS !