Amicale des Foreurs et des Métiers du Pétrole

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

NO GAZARAN : A LOT OF RUBBISH !

Envoyer Imprimer PDF

Notre critique cinématographique Gérard Medaisko a vu le film "NO GAZARAN" et nous livre ici ses commentaires :

Le 18 mars j'ai assisté à la « projection presse » du film NO GAZARAN qui est sorti depuis sur les écrans, le 2 avril dernier, dans plus de 350 salles obscures.

La projection a eu lieu dans une salle privée située en sous-sol au 10 rue Lincoln, 75008 Paris, devant une petite centaine de personnes. Aucun des protagonistes du film n'étaient présents et comme l'opératrice n'avait aucun rapport avec la société de production, à la fin de la représentation les spectateurs se sont levés et sont partis sans qu'il n'y ait eu le moindre débat.

Le film se veut un doublon de GASLAND et répète les mêmes poncifs, à savoir: pollution des nappes phréatiques, contamination de l'air au voisinage des forages de GDS, atteinte à la santé des personnes...et j'en passe. Il prétend que les permis de recherches accordés en France dans le bassin de la Durance et qui ont été annulés depuis avaient été accordés en catimini. C'est totalement faux et j'ai devant les yeux des extraits de la presse locale que je tiens à la disposition des intéressés, dont : le MIDI LIBRE du 26 janvier 2008 (Ruée vers l’or noir aux portes de Nîmes)(L’or noir du Languedoc aiguise à nouveau les appétits), le DAUPHINE LIBERE du 7 octobre 2008 (On va chercher du pétrole en Drôme-Ardèche – Cinq Sociétés Prêtes pour des Recherches) et VAUCLUSE MATIN du 7 mars 2009 (Les rois du pétrole cherchent du gaz).

Il va sans dire que du Préfet au Maire du plus petit village, tout le monde avait été informé au préalable.

NO GAZARAN a été tourné avec de gros moyens par Doris Buttignol et Carole Menduni qui toutes deux sont des cinéastes engagées, sans aucune connaissance du sujet  qu'elles ont fixé sur la pellicule, par exemple:… la technique du fracking consiste à forer un trou jusqu'à 4 kilomètres sous terre pour atteindre la roche de schiste....., l'exploitation de ces gisements est coûteuse et présente des risques pour l'environnement dans le sous-sol et pour les nappes phréatiques en surface.....Pour nous, cette nouvelle énergie fossile est le témoin d'une mutation profonde. Nous arrivons au terme d'une époque d'abondance et de consumérisme triomphant, l'énergie était peu chère et considérée sans limites. On sait aujourd'hui que les ressources fossiles ne sont pas inépuisables et sont confisquées par une poignée de multinationales qui règnent sans partage sur la planète......Le gaz de schiste est apparu comme un cadeau divin des industriels américains (sic) face aux problèmes du peak oil (sous-entendant : les industriels américains ont besoin d’exporter leur technologie moyennant finance pour compenser les pertes qu’ils subissent aux Etats Unis).etc, etc.

La société productrice du film, Lardux Films, a été créée en 1992 et son siège est à Montreuil, dans la banlieue rose-rouge de l'est parisien. Cette société est très active et compte, entre autres, quelques 75 courts métrages, 22 documentaires et 5 séries TV à son actif, soit une moyenne de 5 productions l'an. Elle dispose donc d'une trésorerie à toute épreuve et vraisemblablement de solides appuis bancaires. Le tournage de NO GAZARAN a eu lieu en France, en Belgique, au Canada, aux Etats Unis et en Bulgarie.

Quant au distributeur, Nour Films, c'est un particulier qui a sorti son premier film en 2009 et depuis cette date il en a sorti 10 autres, soit une moyenne de 2 films par an. Nour est un nom arabe qui signifie lumière ?

NO GAZARAN a fait l'objet d'une très forte publicité pour son lancement et je serais curieux de connaître le nombre d'entrées en salle depuis le 2 avril. Comme il existe plusieurs magazines professionnels qui traitent de ce sujet, peut être l'un d'entre nous  nous donnera-t-il la réponse.

Le film a l’avantage de montrer la très forte opposition au gaz de schiste dans les campagnes françaises. On voit en effet toute sorte de gens prêts à entrer en luttes fratricides contre les pétroliers, géologues, foreurs et tutti quanti, qui sont des ploutocrates fatalement dévoyés (sic) et ceci me donne à craindre qu’il existe en France des zones de non-droit où l’exploration des hydrocarbures quels qu’ils soient sera impossible. La faute incombe au(x) gouvernement(s) qui, trop heureux d’aboyer avec les loups pour engranger des voix électorales, ne se sont pas donné la peine d’expliquer ce que sont les huiles et  gaz de schiste et, d’une manière plus générale, la nécessité de poursuivre la recherche et la production des hydrocarbures fossiles.

Le film relate le voyage en France de Josh Fox au début de cette année et se termine sur son intronisation, si j'ose dire, lorsque le Maire de Villeneuve de Berg, Claude Pradal, en a fait un citoyen d'honneur sous les bravos et hourras de ses administrés.

L’opuscule du film, magnifique brochure sur bristol glacé, cite comme témoins : Hervé Kempf, journaliste anti GDS, proche de Mélenchon, qui a sévit au Figaro et au Monde pendant un certain temps, Michèle Rivasi, Députée européen  EELV, José Bové, Député européen EELV, Josh Fox, Delphine Batho, Corinne Lepage, l’ineffable André Picot, Docteur en toxicologie qui voit un cancer terminal derrière chaque molécule de GDS sans jamais avoir pu en apporter la preuve, Isabelle Lévy du collectif du Pays Fertois et d’autres pointures moins connues comme Michel Mariton du Collectif 07 Stop au Gaz de Schiste que nous avons mouché l’année dernière et Christine Lecque du Collectif Carmen en Seine-et-Marne, le plus virulent de tous.

Comme disait Louis XVI à son fidèle valet : France ton café fout le camp !

Copyright © 2018 Amicale des Foreurs et des Métiers du Pétrole. Tous droits réservés.
Design / Réalisation : scom communication avec JoomlArt.
Joomla!
Vous êtes ici : Accueil Actualités NO GAZARAN : A LOT OF RUBBISH !