Les procédures d'expropriation peuvent commencer à l'encontre des propriétaires d'un bien situé sur le tracé des LGV Bordeaux-Dax et Bordeaux-Toulouse. La LGV Nord, appelée aussi LGV Nord Europe ou ligne nouvelle 3 (LN3), est une ligne à grande vitesse française de 333 km de long reliant Paris à la frontière belge et au tunnel sous la Manche via Lille, mise en service en mai 1993. Le comité évoque les trois principaux groupes de scénarios possibles avec une estimation de coût maximal[21]’[22]’[23]’[24] : Le premier groupe de scénarios prévoit que la LGV Normandie passe par Rouen et Le Havre sans création de vrai « Y Normand », mais avec la création des trois contournements sur la ligne classique Paris - Cherbourg : le premier entre Mantes-la-Jolie et Évreux ; le second entre Évreux et Bernay en passant par Serquigny ; le troisième entre Bernay et Lisieux. ), via Mantes-la-Jolie, semble favorisée face à un tracé nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud. Les premiers trains circuleront en 2030 Les tracés de la future ligne Paris-Normandie ne sont pas encore arrêtés. Deux scénarios semblent donc tirer leur épingle du jeu : l’un par l’ouest, longeant l’autoroute A150, l’autre par l’est, sur un axe proche de la ligne déjà existante. Rien n'y a fait : l'association TGV-Picardie-Normandie veut que le TGV-Nord passe par Amiens, et tout de suite. Des passages de cet article sont désuets ou annoncent des événements désormais passés. Quatre scénarios porteront sur le choix de la Fourche du « Y » entre Rouen et Mantes-la-Jolie / Évreux. Conception et design : Datagif. De 2001 à décembre 2008, le projet de LGV Normandie a donc été abandonné par les hommes politiques, il a été remplacé par celui de liaison rapide Normandie Vallée de Seine, qui prévoit une amélioration de l'infrastructure existante, notamment entre Paris et Mantes-la-Jolie, avec en outre la construction d'une ligne nouvelle plus courte entre Achères et Épône qui « court-circuiterait » le détour par Poissy, suivant le méandre de la Seine[5]. Là encore, l’option sud est celle qui satisfait le plus de critères dans les études effectuées par SNCF Réseau. Disparition des terres, fermeture des petites gares, coût… le projet de ligne nouvelle Paris-Normandie (LNPN), prévu par la SNCF pour améliorer la desserte actuelle, déconcerte les habitants. Réactivation du projet par la région Basse-Normandie, Premier comité de pilotage : le 15 octobre 2009, Deuxième comité de pilotage : le 22 décembre 2009, Troisième comité de pilotage : le 18 mai 2010, Quatrième comité de pilotage : le 15 décembre 2010, Cinquième comité de pilotage : le 15 février 2011, Sixième comité de pilotage : le 18 mai 2011, Publication du bilan et compte rendu du débat public, Décision de RFF à la suite du compte rendu du débat public. Normandie-actu vous révèle les scénarios qui pourraient être soumis à l’État à l’issue du futur comité de pilotage. Région du nord-ouest de la France, la Normandie est une région très connue pour ses paysages bucoliques. Ce comité devra donc décider quels tracés, parmi ceux évoqués plus haut, seront proposés au gouvernement. Pour CDG Express, le STIF a envisagé une mise en œuvre du projet dans laquelle il reprendrait en main le projet, et prévoirait la réintégration du projet dans la tarification francilienne et l’aménagement de quelques stations. Alain Le Vern, président de la région Haute-Normandie confirme sur le plateau de France 3 qu'il n'y aura pas de ligne à grande vitesse entre Paris et Le Havre mais une amélioration de l'existant[16]. Toutefois, la continuité du projet de LNPN est soumise aux Assises de la mobilité, lancées le 19 septembre 2017 par le Premier ministre Édouard Philippe et la ministre des Transports, Elisabeth Borne. Attaqué par cinq individus cagoulés pour sa voiture à Montmagny, Abonnez-vous pour lire le journal PDF en illimité. Ces deux options obtiennent des résultats similaires au jeu de l’analyse multicritères. Il a confirmé que le débat public aura lieu en octobre 2011. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Réseau ferré de France a annoncé dans un communiqué du 5 avril 2012[33] qu'il allait lancer les études préalables à l'enquête d'utilité publique. Les options de passage présentées au moment du débat public ont été resserrées en zones de passage préférentielles (ZPP) à l'isue de l'étape 1. Celle-ci quitterait la ligne Paris - Le Havre à hauteur d'Achères (Yvelines), traverserait le Vexin français, et serait séparée en deux près de Rouen, une branche filant vers Rouen, une autre s'arrêtant près de Bernay (Eure) et se connectant à la ligne Paris-Caen-Cherbourg. Le calendrier initialement prévu est respecté, puisque, le 26 octobre 2017, uncomité de pilotage doit permettre de franchir une étape importante : proposer au gouvernement des options detracés prioritaires pour les trois sections de la LNPN (Paris-Mantes, Mantes-Évreux et Rouen-Yvetot). Le raccordement vers l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle et la LGV Interconnexion Est de la liaison vers la Normandie – LGV ou ligne classique actuelle – a été étudié durant les années 1990. Par : La Vie du Rail. La CNDP décide le 6 avril 2011 d'organiser un débat public et de nommer Olivier Guérin président de la commission particulière chargée de son organisation[14]. La région Normandie. Le comité de pilotage se trouve confronté à une inconnue importante : y aura-t-il ou non une nouvelle gare à Achères ? Le dossier est cependant déjà sur le … L'option d'un tracé sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord. Améliorez-le ou discutez-en. La ligne nouvelle Paris - Normandie (LNPN) est un projet de ligne ferroviaire nouvelle entre la Normandie et l'Île-de-France, conçue pour améliorer les déplacements le long de l'axe séquanien. La ligne nouvelle doit être définie pour une vitesse maximale de 200 km/h entre Paris et Mantes et de 250 km/h au-delà. Le projet prévoit désormais en plus de la création d’une nouvelle ligne TGV, de doubler la fréquence des TER entre Aix et Marseille et Marseille et Aubagne, en proposant jusqu’à 8 TER par heure, soit un TER toutes les 7 minutes. Sur la section reliant Rouen et Yvetot, trois possibilités étaient à l’étude. Selectionnez une région ou recherchez une ville, https://actu.fr/societe/ou-passer-ligne-nouvelle-paris-normandie-jalons-futur-trace-poses_12926161.html, LIRE AUSSI : Ligne nouvelle Paris-Normandie. La section Mantes-Évreux comporte elle aussi son lot de contraintes. Voilà au moins deux décennies que La Défense rêve d’avoir sa gare TGV. La dernière modification de cette page a été faite le 19 décembre 2020 à 07:16. Ce projet est soutenu par le conseil général de l'Eure. Une gare nouvelle serait créée à Paris-La Défense en correspondance avec le métro automatique du Grand Paris[8]. RFF poursuit les études pour le projet de ligne nouvelle Paris - Normandie. Intercités Normandie TER Haute-Normandie TGV ... La LGV Normandie mettra Le Havre à seulement 1 heure (L'heure est une unité de mesure :) et 15 minutes de Paris, contre 2 heures actuellement. Il prévoit désormais la réalisation d'une ligne apte à une vitesse maximale de 250 km/h, conçue pour la circulation des trains de grandes lignes (Omnéo premium) et des TGV mais également des trains régionaux. À la surprise générale, lors de la présentation du projet du Grand Paris, le président de la République française, Nicolas Sarkozy, a exprimé la nécessité de lancer la construction d'une LGV entre Paris et Le Havre avec la construction d'une gare nouvelle près de Rouen, ce projet étant annoncé comme devant voir le jour vers 2017. Sur cet important projet d’infrastructure qui doit rapprocher la Normandie de Paris, la réflexion est longue, les polémiques passionnées et les étapes nombreuses. Tweet . Un coût de 10 à 15 milliards d'euros est annoncé[13]. Avant de proposer au gouvernement ses choix, SNCF Réseau a effectué des études sur chaque hypothèse sur la base de nombreux critères englobant le coût, l’impact environnemental, la qualité du service et les dynamiques territoriales. Les réflexions lors de cette troisième réunion portent sur les différents groupes de scénarios. © 2020 actu.fr, détenu et coexploité par Publihebdos et ses filiales.Hébergement dédié : Groupe DIS, Digital Ad Trust et ACPM. Celui-ci traverse une quinzaine de communes du Vexin, d'est en ouest entre Sagy et Amenucourt en passant notamment par Condécourt, Drocourt, Saint-Cyr-en-Arthies, Vétheuil et Chérence. Il prévoit désormais la réalisation d'une ligne apte à une vitesse maximale de 250 km/h, conçue pour la circulation des trains de grandes lignes (Omnéo premium) et des Normandie-actuvous révèle les scénarios qui pourraient êtr… Parce que le train est synonyme de voyage, pour illustrer et comprendre l’étendu et les actions de SNCF Réseau, consultez nos cartes ferroviaires. S'agissant de la gare à retenir dans le secteur de La Défense, la réflexion portait alors sur les 3 solutions suivantes : Gare de Nanterre-Université ou bien Gare de Nanterre-La Folie[12] ou bien une gare à créer au plus proche de la Grande arche de La Défense, en surface (proche de l'actuelle gare du Transilien). La nouvelle ligne a été mis en service le 2 juillet 2017. Les grandes étapes du projet LNPN. En arrêtant un faisceau, les membres du Copil fixent, en fait, un long couloir dans lequel s’insérera la ligne. En effet, même s'il est souhaité que la plupart des trains gardent leur terminus en gare de Paris-Saint-Lazare (que le prolongement du RER E devrait contribuer à désaturer), on cherche à ajouter des trains qui seraient terminus La Défense (et ne viendraient donc pas accroître la saturation de la gare de Paris-Saint-Lazare). Peu à peu, le tracé de la ligne nouvelle Paris-Normandie se dessine. Mais ce projet n'a semble-t-il pas été retenu. J'ai assisté cet après midi pendant près de trois heures à un Comité territorial sur la LNPN ( Ligne Nouvelle…, Publiée par Christophe Bouillon sur Lundi 9 octobre 2017. Le deuxième scénario prévoit une bifurcation de la LGV Normandie à la hauteur de Louviers : une branche Nord desservirait Rouen et Le Havre, tandis que la branche Sud allant jusqu'à Lisieux desservirait Bernay et Lisieux. Un homme retrouvé mort au volant de sa voiture sur le parking d'une clinique, 2  Seine-Saint-Denis. Ceci se traduit par l'étude de la création d'une ligne nouvelle pour les trains voyageurs avec une vitesse de 250 km/h à l'ouest de Mantes et de 200 km/h entre Paris et Mantes, la mise en place de voies dédiées entre Paris/La Défense et Mantes et la mise à quatre voies de la ligne entre Mantes et Épône[34]. Le tracé définitif de la ligne Paris-Normandie sera connu en 2017 avec un passage éventuel par La Défense. (décembre) quatrième réunion du comité de pilotage de la future ligne à grande vitesse Paris – Normandie. Le débat public s'est tenu du 3 octobre 2011 au 3 février 2012 avec 23 réunions publiques[29]. Les liaisons entre la Normandie et le pôle des gares Paris-Nord/Paris-Est, l’aéroport de Roissy ou Cergy-Pontoise seraient ainsi facilitées[31]. Le projet soumis au débat comprend 6 options de passage de ligne nouvelle entre Paris et Mantes, pour un linéaire variant de 40 à 50 km et un coût de 3,5 à 5,5 milliards d'euros et trois scénarios de ligne nouvelle en Y de l’ouest de Mantes à Caen et au Havre, pour un linéaire variant de 265 à 305 km et un coût de 5,5 à 9,5 milliards d’euros. Plusieurs types de tracés sont proposés. Le projet de création de la ligne nouvelle Paris-Normandie entend résoudre ces problèmes. Le comité vote également les dates du débat public. Vous pouvez également préciser les sections à actualiser en utilisant {{section à actualiser}}. Enfin, la section entre Paris et Mantes-la-Jolie est elle aussi particulièrement stratégique. Différents tracés possibles ont été élaborés et ont été présentés au public pendant des réunions de concertation publique. Par ailleurs, une demande formulée par la ville d'Achères[10] et la Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise[11] consiste à créer une gare nouvelle au Pôle Confluence, dans le secteur d'Achères, pour mettre en correspondance le RER E (et le RER A branche Poissy) avec le RER A branche Cergy et avec la Tangentielle Ouest et, si possible, avec la future LGV Normandie. La concertation a notamment permis de recueillir les avis du public sur les tronçons prioritaires, à savoir : un tronçon Paris – Mantes, un tronçon Mantes – Évreux et un tronçon Rouen – Yvetot[2], avec la construction d'une nouvelle gare à Rouen. Toutes les informations pour votre voyage en TER Normandie : horaires des trains, info trafic, achats de billets, offres et abonnements, prochains départs/arrivées, infos pratiques gares Les régions Basse-Normandie et Haute-Normandie doivent donc se contenter d'un simple projet d'amélioration de l'infrastructure de la ligne classique. Mais Nicolas Sarkozy n'a pas exclu la construction d'une branche de la LGV Normandie entre Paris et Caen qui a été mise à l'étude ; les TGV rouleraient de Cherbourg à Caen sur la ligne classique Paris - Cherbourg, puis à la gare de Caen, ils emprunteraient la LGV Normandie. Le schéma directeur des LGV de 1991, approuvé par décret le 1er avril 1992[4], prévoit une LGV Normandie. Où passera le train ? Or, le projet des services secrets se situe quasiment sur le tracé initialement prévu du TGV Perpignan-Montpellier. Lors de la deuxième réunion, les deux régions normandes ainsi que la région d'Île-de-France ont donné chacune un rapport de projet au président du comité de pilotage, elles ont exposé les points importants à retenir pour ce projet important dans le développement économique des trois régions et les membres du comité de pilotage ont réfléchi à la mise en place des divers aspects du débat public[18],[19],[20]. TGV LYRIA TGV LYRIA TGV LYRIA THALYS EUROSTAR ESPAGNE MONACO ANDORRE ROYAUME-UNI ITALIE 100 km environ Carte des destinations TGV INOUI en France et en Europe Remiremont Belfort-Montbéliard-TGV Basel Freiburg (Breisgau) Hbf Besançon-Viotte Genève Lausanne Zürich St-Dié-des-Vosges München Meuse TGV Sarrebourg Stuttgart Frankfurt-am-Main Bar-le-Duc Valenciennes … Dans ce même projet, il est proposé de créer un contournement Lisieux – Elbeuf d'une soixantaine de kilomètres, qui permettrait une diminution d'une demi-heure du temps de parcours Rouen–Caen[39]. Les quatre scénarios correspondent au troisième groupe de scénarios (choisis lors de la troisième réunion du comité de pilotage), et ils portent tous sur le « Y » normand et prévoient tous de mettre de moins 1 heure 15 de Paris à Caen et de Paris au Havre. C'est le scénario dit du « Y normand », ce projet est soutenu par la région Basse-Normandie et la région Haute Normandie. Ce tracé traverserait le parc naturel. C'est le scénario dit du « Y normand ». L'objectif de desserte est double : donner un accès facile au pôle d'activité de La Défense et un accès à l'Aéroport Paris-Charles-de-Gaulle. Lire la suite. les TGV Normandie. Ligne nouvelle Paris Normandie : projet essentiel pour le gouvernement, Liaison ferroviaire transalpine Lyon - Turin, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Ligne_nouvelle_Paris_-_Normandie&oldid=177796131, Article utilisant l'infobox Ligne ferroviaire sans argument numéro, Article avec une section vide ou incomplète, Portail:Transports en Île-de-France/Articles liés, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence, Coût du projet : 7-8 milliards d'euros (LGV Normandie) + 1,1 milliard d'euros (contournements entre, Coût du projet : 9 milliards d'euros (+ 500-800 millions d'euros pour l'embranchement entre, Coût du projet : 10 milliards d'euros (+ 500-800 millions d'euros pour l'embranchement entre, la création d’une gare à la Défense qui sera connectée à la, la création d’une gare à Saint-Sever (à la rive gauche de, la rénovation et l'agrandissement des trois principales gares actuelles de. Autorisant en service commercial une vitesse de 300 km/h, elle a permis à sa création d'accélérer sensiblement les liaisons ferroviaires entre Paris et le nord de la France, mais aussi la Belgique et la Grande-Breta… Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Une Transversale Alpes Auvergne Atlantique permettrait de relier la région Auvergne-Rhône-Alpes au Grand Ouest, et aussi de relier Paris à Saint-Lô et Granville à grande vitesse. Lors de cette réunion, l'estimation des coûts est débattue, ceux-ci variant entre 8 et 12 milliards d'euros selon les tracés[27]. Cette dernière gare est intéressante car elle donne un accès facile à trois lignes de transport : le RER A, le RER E et la ligne rouge du Grand Paris Express. Le dossier du maître d'ouvrage[30] avance prudemment les options possibles, en précisant que, si des TGV intersecteurs pourront circuler sur les voies nouvelles, la ligne sera en revanche adaptée à un autre type de matériel circulant à 250 km/h. Lors de la quatrième réunion, le comité a réétudié les différents scénarios pour procéder au vote et il a choisi quatre scénarios sur lesquels porteront officiellement le débat public. D'abord envisagé sous la forme d'une ligne à grande vitesse (LGV), le projet est remanié à la suite du débat public, qui s'est tenu du 3 octobre 2011 au 3 février 2012. Consulté le 27 mars 2012. Le projet de ligne nouvelle Paris-Normandie est conçu pour améliorer les déplacements du plus grand nombre, de celui qui se déplace chaque jour comme du voyageur plus occasionnel, des Franciliens comme des Normands. Le projet devrait être réalisé en plusieurs tronçons, qui ont été examinés dans le cadre d'une concertation publique qui s'est ouverte le 15 septembre 2015 et s'est achevée le 2 février 2017, avec un outil cartographique dédié : carticipe[1]. Offres estivales; La Normandie à vélo; Escapades Normandie - Paris; Carte interactive; Top des destinations normandes ; Aide & Contacts. La concertation. Secrétaire d’État chargé des Transports : Les présidents ou directeurs de RFF et de la SNCF : Maires des villes de Cherbourg, Caen, Le Havre et Rouen : Le 15 octobre 2009, à l'issue de la première réunion du comité de pilotage de la ligne à grande vitesse Paris - Normandie, le projet semble s'orienter vers une ligne en forme de fourche avec un tronçon commun où seraient desservis le pôle de La Défense et Mantes-la-Jolie et deux branches : l'une en direction de Rouen et du Havre et une l'autre en direction de Caen et de Cherbourg[17]. Jeudi 26 octobre 2017, se tiendra donc un comité de pilotage. De quoi clarifier un peu plus le sort de ce projet qui date de 2009. Le comité de pilotage gère les études préliminaires et il vise également à définir le cadre et le contenu du débat public prévu en octobre 2011. "Le tracé par Mantes est le plus central et correspond à notre volonté d'obtenir un TGV pleinement normand, renchérit Laurent Beauvais, président (PS) de la région Basse-Normandie. Elle a également comme avantage d’être compatible avec un projet de gare dans le quartier de Nétreville à Évreux, projet qui a les faveurs des élus du département et des grandes intercommunalités de l’Eure. Lors d'une réunion organisée le 18 novembre 2010 à La Défense, dans le cadre des débats publics sur le prolongement du RER E, d'Arc Express et du Grand Paris, le projet de ligne nouvelle normande a été évoqué. De quoi susciter de nouvelles polémiques, certes, mais aussi poursuivre la réflexion sur ce projet dont l’aboutissement est espéré à l’horizon 2030. Ce scénario sud est en tout cas celui qui offrirait le temps de parcours le plus court et le coût le plus réduit par rapport aux deux autres options envisagées, qui, elles, dépendent de l’installation d’une nouvelle gare à Achères. (décembre) deuxième réunion du comité de pilotage de la future ligne à grande vitesse Paris – Normandie. Ligne Paris-Normandie. Selon Réseau ferré de France, maître d'ouvrage, le Havre et Caen seraient à 1 h 15 de Paris (Rouen à 45 minutes), au lieu de 2 heures actuellement, rendant le train plus concurrentiel par rapport à la route. Pour la gare nouvelle de La Défense, l'option d'une gare traversante intéressante apparaît : ainsi la gare de La Défense pourrait ne pas être un terminus obligé, l'ajout d'un tunnel entre la nouvelle gare de Nanterre-La Folie et les voies de surface menant à Paris-Saint-Lazare (implantation « en ligne ») permettrait de conserver la desserte actuelle et les correspondances de Paris-Saint-Lazare tout en permettant une fréquence de desserte comparable à Nanterre-La Folie. A ce stade, le tracé exact de la LNPN n’est pas encore connu. D'abord envisagé sous la forme d'une ligne à grande vitesse (LGV), le projet est remanié à la suite du débat public, qui se tient du 3 octobre 2011 au 3 février 2012. • Sur Facebook, le député Christophe Bouillon fait part de sa perplexité sur la section Rouen-Yvetot : Perplexe. Train rapide entre Paris et la Normandie, enfin du nouveau ! Le calendrier initialement prévu est respecté, puisque, le 26 octobre 2017, un comité de pilotage doit permettre de franchir une étape importante : proposer au gouvernement des options de tracés prioritaires pour les trois sections de la LNPN (Paris-Mantes, Mantes-Évreux et Rouen-Yvetot). Un chauffeur de la RATP coupe le doigt d'un cycliste après une dispute, 3  Miss Normandie, Amandine Petit, est élue Miss France 2021, 4  Pour les parents de Miss Normandie, près de Caen : « de toute façon, elle sera notre Miss France ! La commission particulière du débat public de la ligne nouvelle Paris-Normandie a publié officiellement le compte rendu et le bilan du débat public, le 21 mars 2012[32]. Les TGV mettraient 1 h 15 entre Paris et Le Havre (soit un gain de 45 minutes) et 50 minutes entre Rouen et Paris (soit un gain de 20 minutes). Ce projet a été abandonné au début des années 2000 à cause de son taux de rentabilité, le plus faible de tous les projets du schéma avec 0,1 %. Une branche de Rouen à Bernay, ainsi qu'une « antenne » de la LGV en direction d'Évreux, à partir de Chaufour-lès-Bonnières, pourraient également être créées. Dans la partie qui va de Mantes-la-Jolie (Yvelines) jusqu’au franchissement de l’Eure, les deux scénarios empruntant le sud de la route Nationale 13 ont l’avantage d’être moins coûteux, d’offrir un gain de temps supplémentaires et un impact environnemental moindre que les deux options qui suivent la RN13 par le nord. Faire du Havre le port maritime de la capitale.